mardi 3 septembre 2013

Juste la beauté de ses mains.

Je n’aime rien tant que flâner au hasard dans les rues des villes inconnues. Marcher sans but précis, le nez en l’air souvent ; une vieille manie ; m’arrêter sur des petits riens, me perdre parfois, revenir sur mes pas, marquer un arrêt encore.

Puis me poser à la terrasse d’un bistrot, de préférence à l’angle de deux rues. Le temps d’un café et d’une cigarette fumée lentement écouter le bruissement de la ville. Entamer parfois une de ces conversations sans importance avec mon voisin de table, prendre un autre café, culpabiliser (un peu) en allumant une autre cigarette. Temps arrêté. Presque.

Vacance.

Reprendre ma marche lente, l’œil toujours un peu vagabond. Au détour d’une ruelle un peu en pente, pousser la porte d’une petite boutique.


Tomber sous le charme des pièces de poterie exposées ; découvrir l’odeur de la terre humide.

Levant un instant la tête de son ouvrage, une jeune femme m’adresse un sourire. Je l’ai à peine vu ce sourire là.

Je regarde ses mains. Juste la beauté de ses mains.







L’espace d’une heure cette jeune artiste m’a fait partager sa passion pour la terre, m’a fait découvrir l’art subtil du décor.

Si vous passez par Crest, n’hésitez pas à pousser la porte de son atelier. Vous pouvez aussi retrouver les créations de méli-mélo de terre ici et .

37 commentaires:

  1. Réponses
    1. Merci, j'avais ces photos en stock depuis quelques semaines, je me suis pensé que ce serait un petit cadeau sympa pour cette artiste qui m'a accordé un peu de son temps.

      Supprimer
  2. Putain mais arrête de boire du café au bistro s'il y a de la bière. (Mais continue de faire des billets avec du texte)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le problème, si tant est que ça en soit un, est que je ne bois pas de bière ni d'aucun autre alcool d'ailleurs.
      Merci pour tes encouragements à continuer.

      Supprimer
  3. Bonsoir José, ce billet est remarquable... D'autant plus que j'ai fait de la sculpture-modelage, ce qui est différent, même si les mains sont en contact avec la glaise. Cela m'a rappelé des souvenirs. Merci. Et continue ainsi. Bonne continuation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Remarquable ? Le mot n'est-il pas un peu fort ? Au delà des mots, c'est vrai que les images sont belles, je ne me lasse pas de regarder ces mains.

      Supprimer
  4. Elle a l'air de faire des choses bien avec ses mains cette jeune artiste :)

    Beau billet!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ceci n'est pas blog pornographique, je te le rappelle.

      Supprimer
    2. Je ne sais pas à quoi pensait m'sieur Jegoun.

      Supprimer
    3. J'ai également cru déceler une légère étincelle d'espièglerie dans l'œil droit de notre camarade.

      Supprimer
    4. Pas d'espièglerie. Tu penses donc réellement que les mais servent à ça. Cochon

      Supprimer
  5. C'est la première photo qui est équivoque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On va mettre ça sur le compte de l'heure matinale. ;)

      Supprimer
    2. Avec un petit peu d'imagination peut-être...

      Supprimer
    3. Heureusement qu'il n'y a pas de photo sur la façon de faire des anses étirées...

      Supprimer
    4. Chuuuuuuut ! Tu vas me les réveiller.

      Supprimer
    5. Faire des anses et tirer ? Tout un programme.

      Supprimer
    6. Arg ! La taulière a activé la modération ce qui m'interdit de raconter des conneries.

      Supprimer
    7. ça dépend du nombre de bières...
      ou bien...
      non, là, je vais m'arrêter.
      :-)

      Supprimer
    8. c'est un taulier ici, Nicolas.
      Bois encore un peu :-)

      Supprimer
    9. @Amy merci de l'avoir noté ;)

      @Nicolas Pour t'être trompé tu m'offriras un café si d'aventure un jour je venais à traîner mes puces dans tes parages.

      Supprimer
    10. Ce truc noir, chaud, parfois sucré et dans lequel des hérétiques mettent un nuage de lait. Ce truc enfin que tu prends le matin sur un coin de comptoir avant d'aller au boulot.

      Supprimer
    11. Art aussi ! L'hérésie est de mettre du sucre dans le café, pas un peu de lait.

      Supprimer
    12. Je le bois noir et sans sucre mon capitaine !

      Supprimer
    13. Toujours sans sucre mais du lait dans le premier café du matin !

      Je crois que j'en avais fait un billet (pour le sucre, on se fout du lait, c'est plus un réflexe). J'ai arrêté le sucre du jour au lendemain parce que j'étais le seul à en acheté au bureau alors que tout le monde participait pour acheter le café (en gros). Et j'ai commencé à aimer ça et à découvrir combien c'était une hérésie de mettre du sucre dans le café.

      Supprimer
    14. Je me souviens fort bien de ce billet, je l'ai recherché ce matin en prenant mon premier café. La boucle est bouclée.

      Supprimer
  6. Joli billet!
    C'est sympa de trouver des artistes qui veulent bien te montrer un peu de leur temps, de leur talent et de leur savoir-faire!

    Jolies photos aussi! Il me tarde de retrouver ces sensations...
    Et Fred Camino n'a pas tort : finalement, c'est très sensuel de faire du tour, j'oserai même dire charnel. Faudrait qu'il se lance :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je m'y suis un peu essayé (sans beaucoup de succès d'ailleurs), c'est vrai que le contact avec la terre humide a quelque chose d'assez...comment dire ? Oui, sensuel.
      Mais ce que j'ai le plus aimé c'est de sentir la terre vivre sous les doigts, la sentir se «défendre», puis s'apaiser un peu avant que de tenter de s'échapper à nouveau. Tout ceci dû bien sûr à ma compléte inexpérience, mais j'aime assez l'image du dresseur qui combine force et douceur pour dompter l'animal.

      Supprimer
    2. je trouve que tu as excellemment bien résumer cela, malgré ton inexpérience.
      Finalement, c'est un peu jouer à dieu (je pense à l'histoire du Golem), en créant qqchose à partir de la terre : de la pure magie! :-)

      Supprimer