samedi 7 juillet 2018

Un autre retour



J’avais prévu de lessiver les plafonds, de poncer et de repeindre les boiseries ; de redonner un coup de neuf, parce qu’enfin ça commence un peu à dater la déco ; de ranger un peu aussi les étagères. Et puis…

Et puis, tu sais bien ce que c’est n’est-ce pas, une chose en entraîne une autre, un jour par-dessus l’autre et un « soupçon » de ma flemme légendaire et la maison n’est pas prête pour la saison.

Alors tu vois, ce matin, aux petites heures, je suis sorti flairer l’humeur du temps. Il y avait un petit vent frais. Venu de je ne sais où, il s’est enroulé autour de mes épaules, m’a chatouillé un peu la nuque et s’en est allé agiter les cheveux d’ange là au bout du jardin. Il y avait comme une promesse dans l’air. 

La promesse qu’aujourd’hui serait une journée à vivre.

Parce que tu sais, ce n’est pas toujours simple ces autres jours, les ombres sont toujours là qui viennent obscurcir les à venir. Ces heures passées à épuiser la peur, à attendre la nuit où se réfugier et recommencer…

« Vous m’avez manqué » les amis.

Un café plus tard j’ai décroché les clefs du tableau et je suis parti vers la maison. Ça n’a pas été simple de me frayer un passage jusqu’à la porte d’entrée mais ce sera bien pour un autre jour le grand clair dans le jardin, et puis ça ne me gêne pas tant que ça le fou des herbes et les arbustes laissés à la diable.

La vieille serrure a fait quelques caprices, il y a si long depuis ma dernière visite… Il lui faudrait bien quelques gouttes d’huile. On verra…plus tard aussi. Peut-être.

Entrer lentement dans l’épais du silence et contempler la poussière danser dans les quelques rais de soleil qui sourdent à travers les vantaux un peu disjoints. La maison a continué de vivre. Sans moi.

D’abord ouvrir en grand tous les volets et les fenêtres, laisser l’air et la lumière entrer à flots. Ne laisser que le léger bruissement des voilages habiter l’espace et mes pas qui font craquer les lames d’or du vieux parquet ponctuent le silence.

Là, je vais aller me poser dans mon vieux fauteuil effondré à force d’accueillir d’interminables rêveries, compagnon des heures passées à lire. Des heures d’abandon aussi. A portée de main ; au milieu des livres, des notes, de tout un fatras de papiers ; la radio.

Depuis le temps, les piles doivent être déchargées, tourner tout de même le bouton, ça crachouille, ça chevrote un peu, la réception n’a jamais été fameuse dans le coin.

Et puis soudain la magie.

6 commentaires:

  1. Et puis c'est beau ... Voilà bienvenue chez roi roi bonhomme :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouiche, le morceau est magnifique. Le texte...j'ai les neurones encore un peu en vrac mais ça revient doucement.

      Supprimer
  2. Réponses
    1. Merci c'est adorable de gentillesse ! Des bises copine.

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Attends, attends ce n'est qu'une mise en jambes ou en bouche (c'est tout de même plus approprié pour la trompette).
      J'ai un truc de derrière les fagots qui arrive.

      Supprimer