samedi 8 septembre 2012

Bistro ou bistrot ?


Une question essentielle (je vous souhaite de ne pas avoir de plus grande préoccupation) me taraude l’esprit depuis plusieurs jours. Lecteur assidu de Partageons nos agapes, j’ai depuis longtemps constaté que Nicolas tient absolument à ce qu’il n’y ait pas de « t » à la fin du mot « bistro ». 

Hérésie ou juste orthographe ?

Toujours est-il que j’ai cherché ici ou , les deux orthographes coexistent dans les différents dictionnaires


Une aimable personne sur Twitter, répondant à ma légitime interrogation, m’a même proposé une anecdote tendant à attester que Nicolas utilise la bonne graphie.


On s’en fiche finalement.

Je vais continuer à mettre un « t » à la fin du mot « bistrot » ce qui me permet de former « bistrotière » et « bistrotier » qui désignent les aimables tauliers qui me supportent quotidiennement. Je vais continuer à utiliser le verbe « bistroter » (qui n’existe que dans mon vocabulaire sans doute) et qui désigne l’action d’user ses coudes sur les comptoirs.

Et continuer à hanter les bistrots, ces hauts lieux de civilisation.

10 commentaires:

  1. Les pseudos anecdotes relatives à la formation de bistrot (moi je mets un t et j'emmerde le gros frisé…) sont sujettes à caution. Il n'y a qu'à dire “troquet” et ce sera marre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La langue française a la particularité d'être assez lunatique. Toutefois elle ne souffre que fort peu les approximations. Pour le coup, me voilà fort marri de constater qu'un même mot puisse avoir deux graphies correctes.
      Troquet ? Bah non !
      Et qui est gros ? J'ai beau me gratter vigoureusement la tête, je ne vois pas.

      Supprimer
    2. Ce devait être journée portes ouvertes ?

      Supprimer
    3. On n'est pas plus avancé finalement, mais j'aime bien l'anecdote!

      Supprimer
  2. Avec ou sans T l'essentiel est de pouvoir s'y retrouvrer entre amis autour d'un verre ;)))

    RépondreSupprimer
  3. Je tombe sur cet article et j'ai bien ri. Sage conclusion en tout cas. J'ajouterai que le "T" (pas forcément la boisson phare du bistro - qui pourra donc être avec ou sans) est un peu la lettre à tout faire de la langue française pour former des verbes (z'yeuter, dépiauter, pianoter...) ou des professions (bistrotier, échotier...) à partir de mots qui n'ont pas du tout ce T en finale... :-) Donc je me méfierais... ;-) T.Retzina

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et il semblerait qu'il soit légitime de se méfier de la graphie de ce mot, j'en veux pour preuve le nombre hallucinant de personnes qui chaque jour font la recherche et tombent ici.
      Malheureusement je crains fort de ne pas leur être d'un grand secours....

      Supprimer