mardi 1 juillet 2014

Session acoustique dans la #radiodesblogueurs

Crédit illustration : @lolobobo

Je suis prévenu.

Le taulier de la #radiodesblogueurs m’a bien averti, l’abus de contributions peut avoir des effets indésirables.

Bah, tant pis.

Même si ça doit altérer un tout peu la bôgossitude du petit bonhomme, m’en fiche un peu.


M’enfin ça fait un peu flipper quand même, l’a une sale bobine le gars là juste à côté....


Je me suis laissé prendre au jeu, et au-delà de ce challenge du monstre de l’année, c’est surtout l’esprit de cette chaîne estivale qui me plaît. Un truc bon enfant, pas de prise de tête, juste des bons moments partagés. Des découvertes musicales ; de nouvelles rencontres qui bien qu’elles soient virtuelles n’en sont pas moins importantes.

Qui disait que les blogs et l’esprit des blogs étaient appelés à disparaître ?

Bon on cause musique maintenant ?




J’aime bien les ambiances un peu intimistes. Cette impression d’être un peu privilégié, d’avoir l’artiste juste pour soi.

Une voix.

Un piano ou une guitare.

Pas d’artifice.

Tiens, je me souviens d’une anecdote. Il y maintenant quelques années de cela, je trainais mes puces dans une espèce de festival, une fête de la musique ou de la jeunesse, m’enfin je ne sais plus trop. Et puis ça n’a guère d’importance.

On reprend.

Donc, j’étais parti dans la petite ville de L. pour voir un groupe qui m’était jusque là totalement inconnu : Les petites bourrettes

C’est le nom qui m’a intrigué d’abord.

Je te plante juste le décor :

- Un petit parc à la périphérie de la ville

- Une horde de zigottos « légèrement » embrumés par quelques pintes zigzaguent dans les allées

- Une scène sous une toile un peu défraichie

- Quelques loupiotes tremblotantes qui hésitent à percer le soir

C’est bon, tu y es ?

Les gars sont montés sur scène, ont commencé à jouer. Une belle surprise, des lascars bourrés d’énergie, une musique joyeuse, des textes pleins d’humour.

Et puis la panne, plus de jus. Les loupiottes un peu pâles qui s’éteignent, les guitares soudain muettes, les chants qui se perdent dans la clameur désappointée du public.

Se sont pas démontés les gars ; sans doute habitués à ce genre de péripéties, rodés à force de petites salles ; ils se sont rapprochés du bord de la scène et ont poursuivi « unplugged ». D’un incident technique ils ont fait un moment d’intimité avec le public, une parenthèse magique.

Désolé, c’était un chouia long cette histoire. Et puis, on est bien d’accord, t’es pas là pour lire mes rabâchages.

Zou ! Musique !

4 commentaires:

  1. Tiens, il m'est arrivé à peu près la meme chose avec Noir Désir...3/4 d'h de concert, puis, paf, tout saute...le groupe reste sur scène, discute avec les gens, ça se prolonge, un ballon de foot atterrit sur la scène, ça commence à jongler, qques types du public montent sur scène, et vas-y que je te fais un foot improvisé avec Noir Dez. Très sympa.

    J'aime bien ce genre d'histoire, je ne trouve jamais cela trop long.


    T’inquiète pour ta bogossitude, ça ne dure qu'un an, mais là je crois que t'es vraiment bien parti pour être le freak de 2014 ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens, ça me fait penser à une autre anecdote qui n'a, elle, rien à voir avec la musique. Il y a quelques années j'avais à diriger une vingtaine de lascars, des jeunes venus bosser pendant les vacances sur nos lignes de conditionnement. Des malades ces types, des fous furieux du boulot, une équipe de rêve, bref....Je ne sais plus trop pourquoi il y a eut une rupture d'appro. Ces andouilles n'ont rien trouvé de mieux à faire que de bricoler une balle avec l'étirable qui entoure les palettes et d'entamer une partie de foot dans l'atelier.Ils étaient bien planqués au fond du bâtiment, j'ai laissé faire.

      Supprimer
  2. Je n'ai jamais vécu ce genre de mésaventure et pourtant j'en ai vu des concerts, par contre j'ai déjà subi l'attente interminable d'un groupe qui avait décidé de faire autre chose que de jouer à l'heure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut mieux faire en matière de respect du public....

      Supprimer