jeudi 22 janvier 2015

Où sont nos blogs politiques ? [En réponse à @jegoun]



Sympa de citer mon petit bonhomme parmi cette pléiade de blogueuses et de blogueurs.

Marrant, je les lis presque tous. Encore que marrant ne soit pas tout à fait le terme approprié pour certains....Je pense surtout aux blogs de droite ou ceux qui chient (pardon) sur le gouvernement en place juste pour le plaisir de basher (encore pardon pour ce mot approximatif).

Mais je lis quand même, une façon de prendre la température. Je dois être maintenant abonné à presque 500 blogs, ça commence à faire un truc intéressant, je disais température, c'est un peu ça, une photographie quotidienne de ce qui se passe dans énormément de domaines. 

Une façon de voir la société au travers des yeux de ceux qui, chaque jour, prennent quelques minutes pour décrire leur vision de la vie de la cité. Bien évidemment chacun a sa grille d'analyse, mais ça reste très intéressant d'avoir ces différents points de vue même si parfois ça pique un chouia.

Tu évoques une sorte "d'usure", moins de billets, j'ai la même impression pour les blogs politiques, mais je pense qu'effectivement le fait que nous soyons passés dans la majorité explique en partie cette désaffection.

Néanmoins, il faut que ces blogs continuent de vivre, ou de vivoter. Il y aura fort à faire dans quelques mois.

Je ne parle pas tellement pour moi, si je soutiens le gouvernement en place et le taulier (même si certaines décisions me heurtent), le choix que j'ai fait d’apparaître sous mes noms et prénoms m'oblige à plus de prudence et de modération surtout vis-à-vis du milieu professionnel dans lequel j'évolue où il pourrait être « dangereux » de trop s’exposer.

Et puis vous faites le job beaucoup mieux que je ne saurai le faire.

Chez moi c'est un peu un fourre tout. Des impressions, des coups de gueule, des coups de cœur, un joyeux bordel qu'il faudrait que je range un jour....

Et ma fréquence de publication s'amenuise au fur et à mesure que mon temps de travail s'allonge. Je ne veux pas me contraindre à un rythme, rebondir sur chaque sujet qui se présente. Je ne tiens qu'à préserver la série des "magiciens du samedi".

Je prends cette activité de blogueur (est-ce que je mérite réellement cette appellation ?) comme un loisir. Une parenthèse, rien à prouver, pas d'objectifs. Juste le plaisir de poser quelques mots. Oh bien sur je n'ai pas le talent de quelques-uns ni la facilité de pondre cinq ou six milles signes comme je vais chercher une baguette de pain. Là encore, c'est l'exercice qui m'amuse.

Et puis, je crois que je l'ai déjà écrit ailleurs, c'est surtout la communauté des blogueurs qui me plait, bon d'accord parfois ça s'engueule sec, les amis d'hier deviennent les ennemis d'aujourd'hui, on se flingue à coups de billets, on s'invective joyeusement dans les commentaires, on se rabiboche aussi parfois.

Où sont les blogs politiques ? Bonne question, merci de l'avoir posée. J'avoue que je n'ai que bien peu d'éléments de réponse. 

Ah si tiens ! 

Et si les blogs c'était tout simplement la vie ?

28 commentaires:

  1. Ben oui c'est la vie. Et sois rassuré, on continue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais bien. Et puis au plus fort des "bagarres" le petit bonhomme est tout de même là pour apporter un peu de soutien ;)

      Supprimer
    2. On compte sur toi, on compte sur tous.

      Supprimer
    3. Bah, tu sais, je ne suis que d'un bien faible support. Le petit bonhomme est vraiment petit. Une moyenne de 200 lecteurs par billet, ça ne pèse pas lourd.

      Supprimer
    4. Ce n'est pas la question. Même si j'en avais 1000, il y a 45 millions d'électeurs.

      Supprimer
    5. Oui, j'étais branché sur autre chose. Tu as raison.

      Supprimer
    6. Cela fait un moment que je me pose la question, je me demande si je ne vais pas un de ces prochains jours demander à rentrer dans le groupe des LB. Une voix de plus, si petite soit-elle, pour préparer demain.

      Supprimer
  2. Très bon ton billet, et ta conclusion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Un billet à l'arrache qui normalement était un commentaire chez @jegoun.

      Supprimer
  3. Heu... pourquoi "au ras du sol" est cité comme ami d'hier et ennemi aujourd'hui ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello man ! C'est le seul endroit où figure le mot "ami". Bon OK, dans le contexte de la phrase je comprends ton interrogation. C'est effectivement un peu tordu.
      Mais sois rassuré, tu comptes parmi les camarades d'hier, ceux d'aujourd'hui et ceux de demain. Et je compte bien t'offrir une chopine un jour prochain.

      Supprimer
    2. Mais ne m'attends pas quand même pour boire un godet. Tu pourrais te déshydrater. Pas souvent que je vais à la "grande ville" ;)

      Supprimer
  4. Voilà, c'est la vie tout simplement!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La vie, ou tout au moins une partie de nos vies. Pour la plupart d'entre nous il s'agit avant tout d'un loisir.
      Pourtant, à y réfléchir un tout petit peu plus, il me semble qu'il y a dans la possibilité d'existence des blogs comme un symbole de liberté. Une liberté que nous devons préserver.

      Supprimer
  5. Réponses
    1. Merci ;)
      M'enfin, à l'origine c'était surtout un commentaire qui s'éternisait un peu trop.

      Supprimer
  6. Coucou, je ne suis pas blogueur "politique". Mais je me sens concerné par la teneur de ce billet, car blogueur quand même. Il est marrant de constater que ce phénomène existe dans toutes les catégories de blog. Sport, Culture, Cuisine, Famille, point de croix ou passion des arbres têtards...même combat et périodiquement le même questionnement...Ils sont ou les blogueurs [catégorie]? Il ne manque plus, et peut-être viendra t'elle, la sentence définitive "c'était mieux avant, du temps de [nom d'un blog disparu]
    Bonne continuation cependant :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non ! Pas de "c'était mieux avant" !
      Nous passerions pour d'horribles réactionnaires !
      Le débat sur la mort des blogs revient sans cesse et pourtant il ne se passe pas de jour sans que j'en découvre de nouveaux.
      Tu auras noté sans doute l'accélération de ces dernières années, une course permanente au buzz, des "vérités"assénées en 140 signes, des infos mal ou pas digérées.
      Le blog participe d'un autre temps, celui de la réflexion, de la construction, de la documentation. Le temps de l'écriture aussi, alors bien évidemment les talents sont divers, peu importe.
      Les blogueurs sont là et pour longtemps.
      J'aime cet appel de mon camarade Nicolas : "Des liens bordel !", une façon de promouvoir le "travail" de chacun.

      Supprimer
    2. bah, on est tous réac sur certains points. Mais ce n'est pas le sujet. Je retiens l'appel aux liens. Etant un blogueur confidentiel et sur des thèmes pas porteurs, les liens ne sont pas un but en soi. Je préfère que les quelques lecteurs posent un commentaire (même à l'opposé de mon argumentaire) juste pour montrer une forme d'encouragement à continuer ou une preuve de passage. Ce que fais d'ailleurs très souvent. Que l'auteur les publie ou pas, ca le regarde :)

      Supprimer
    3. Au delà du texte en lui-même les commentaires sont la respiration indispensable aux blogs. L'espace offert à la discussion ou simplement effectivement un espace dédié à la trace d'un passage.
      C'est ce que nous "oublions" souvent de faire, soit par paresse soit parce que les usages ont évolué.
      Je ne modère jamais a priori, bien évidemment et parce que je suis chez moi les commentateurs injurieux passent à la trappe impitoyablement.
      J'ai souvent eut envie de tuer mon petit bonhomme, sans les encouragements des copains à continuer il n'existerait plus.Tu me diras que ça n'aurait pas été une bien grande perte au vu du peu de lecteurs.Il n’empêche, c'est aussi et surtout ça que j'aime dans cette communauté des blogueurs, une immense famille, certes hétéroclite mais une seconde famille tout de même.

      Supprimer
    4. Avec un blog comme le mien tu es obligé de modérer. Je suis le premier à regretter et je virerai la modération in de ces jours mais je suis sur que je serai obligé de la rétablir.

      Cela étant, tu as raison sur le fond. Il faut commenter. On ne le fait jamais assez (et je plaide coupable, à part chez Falconhill, El Camino et Didier, je commente peu).

      Supprimer
    5. oui, je comprends bien. je ne parle pas de la modération mais du simple fait de commenter. Chaque tenancier est libre de faire ce qu'il veut en son domaine. Tu peux me tacler en réponse, me supprimer...je l'en fous. Le com que tu as supprimé (éventuellement) prouve juste que je t'ai lu...IMHO of course

      Supprimer
    6. @Cyrille Langagne : Je ne comprends pas, j'aurai supprimé un de tes commentaires ?

      Supprimer
    7. @defrancoisjose : que nenni ! et même si tu l'avais fait, je peux comprendre que certains veulent une ligne éditoriale stricte. je ne le prends pas comme de la censure (un blog contient une dimension personnelle donc équivaut à une sphère privée, donc chacun fait ce qu'il veut chez lui). je commente pour marquer ma visite. La trace "officielle" n'a pas d'importance, l'auteur sait que je suis venu lire ce qu'il a écrit avec parfois du mal, des questionnements et c'est toujours du temps passé...une forme de remerciement.
      Donc non, tu ne m'as jamais censuré et même si tu l'avais fait, je reviendrai. D'autres m'ont censuré, et je continue à les lire et à commenter...Sinon...on finit avec des tares congénitales :)
      Bon weekend, continue parce que j'aime bien ce que tu écris...et fais ce que tu veux avec mes commentaires. (même si j'aime bien le côté franc de Nicolas qui m'a taclé franchement une fois ou deux :) )...

      Supprimer
    8. oups, quand je dis "chacun fait ce qu'il veut chez lui", vous m'avez compris hein :)

      Supprimer
    9. Ouf, comme je suis parfois une quiche, ça aurait très bien pu arriver que je sabre par inadvertance un de tes commentaires.
      Nicolas a en effet ce côté franc, pas de demie-mesure. C'est ce que j'aime bien chez lui. On y va et on sait à quoi s'attendre. Mais au moins il n'est pas de ces quelques pédants qui ne répondent qu'à ceux triés sur le volet. Des courtisans ?

      Supprimer