vendredi 29 janvier 2021

Y penser le matin en se rasant

 

Rien à voir avec le reste.
Juste une photo au hasard dans le téléphone.

Ce matin en me rasant nan, nan, nan ! Aucune ressemblance avec #VousSachez

Donc ce matin je me suis pensé que nous utilisons de plus en plus ce "quand on pourra" :

- Quand on pourra aller au bistro

- Quand on pourra aller au ciné

- Quand on pourra aller voir mémé

- Quand on pourra tout un tas de trucs que l'on ne peut plus faire, que nous n'avons plus le droit de faire, tout un tas de trucs qu'il n'est plus prudent ou raisonnable de faire.

Et là, devant le miroir, j'ai eu un long frisson, une lame glacée qui m'a ouvert le dos en deux.

Le monde d'avant. C'était ça le monde d'avant !

Une sorte d'insouciance.

Presque.

Presque, pasqu'il fallait faire gaffe quand même. Que la terre ne va pas forcément bien, que notre civilisation devient peu à peu hystérique. Que des gosses, mais pas que des gosses non plus, crèvent encore de faim. Que des lascars un peu fous se mettent sur la tronche un peu partout au nom de je ne sais quel idéal.

Mais c'était quand même la liberté, le monde d'avant.

Je me suis pensé tout ça et tout un tas d'autres trucs ce matin devant le miroir. Ça ne m'a pas amené bien loin ces réflexions. Juste à "quand on pourra".

Et pis du coup j'ai laissé tomber le rasoir. Que ça irait encore bien comme ça, d'être pas rasé, dans le monde d'aujourd'hui.

6 commentaires:

  1. Ce serait le moment de relire Henri Pourrat…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De le découvrir pour ce qui me concerne. A ajouter à tout ce que vers quoi vous m'avez déjà aiguillé. (elle est bizarre celle-là non ?)

      Supprimer
    2. Il a simplement un "que" en trop : enlevez-le et la phrase est parfaite.

      Cela dit, je suis assez éloigné de vous aiguiller vers Pourrat, n'ayant pas grand goût pour les écrivains "régionalistes", fussent-ils d'une région que j'aime, comme l'Auvergne.

      Supprimer
    3. Voilà, il me semblait bien qu'il y avait là quelque chose de bancal. Merci.

      Supprimer
  2. Très heureux de ce retour et quand on pourra une course entre le 108 et la bleue 😉

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 103 P'tit Louis ! 103 bordayl !
      J'suis d'ailleurs passé à autre chose, un vieux rêve de grand gosse, me suis offert une Vespa ! Mais pour sûr j'aimerai toujours mon 103.
      Et puis oui, j'suis revenu traîner mes puces par ici, sans aucun talent certes, mais avec grand plaisir.

      Supprimer